Nous avons trouvé la fontaine de jouvence!


 

Elle se trouvait à Bali, en Indonésie, au temple de Tirta Empul.

Haut lieu de pèlerinage pour les balinais hindouistes, le temple de Tirta Empul constitue assurément une curiosité pittoresque pour les occidentaux.  C’est un endroit mythique et empreint de spiritualité où, chaque année, des milliers de croyants viennent s’y recueillir et faire des offrandes aux divinités. L’endroit est particulièrement bondé lors des fêtes religieuses.

Sa popularité tient surtout à sa source sacrée d’où s’écoulent des eaux qui auraient des propriétés magiques et purificatrices. Traversant des fontaines ornées de statues, ces eaux se jettent dans des bassins d’où les pèlerins peuvent prier et laver leur âme.

 

Le temple est situé en périphérie de la ville d’Ubud où Raphaëlle et moi avions posé pied quelques temps.  Il est niché au coeur d’une végétation luxuriante en pleine campagne balinaise.

 

 

Au matin d’une journée ensoleillée, nous avons enfourché un scooter  afin de parcourir la petite route sinueuse et paisible qui nous mènerait au temple. Celle-ci traverse de nombreuses rizières particulièrement verdoyantes en cette période de l’année, en plus de croiser quelques villages champêtres.

 

 

Notre pèlerinage eût en fait des allures de charmante balade.

 

La Source sacrée 

Le temple de Tirta Empul est très ancien: on y recueille les eaux de sa source depuis aussi loin que l’an 962. Son caractère sacré provient, comme bien des croyances religieuses, d’une légende qui raconte comment le dieu Indra la fit jaillir et lui donna des facultés purificatrices. (Pour ceux que ça intéresse, je n’ai pas pu m’empêcher de vous résumer cette légende dans une petite note en bas de page.)

Le temple est donc dédié au dieu Indra, bien-sûr, mais on y vénère aussi Brahma, Shiva et Vishnu, la divine trinité hindoue (Trimūrti).

Dès que l’on franchit le portique, on se retrouve devant les bassins servant aux ablutions. Lors de périodes d’affluence, ils sont remplis et les pèlerins font la file, eaux jusqu’à la taille, devant chacune des treize fontaines qui portent toutes un nom différent.

L’endroit est certes mythique, mais il y règne aussi une ambiance conviviale et chaleureuse. On sent les balinais heureux de s’y trouver; c’est sans gêne que se multiplient rires et sourires au travers de fervents venus prier avec émotions et intensité. Des enfants, frivoles, jouent librement dans les eaux sacrées. L’endroit dégage par moment une atmosphère presque festive.

Avec curiosité, j’ai observé attentivement les dévots pratiquer le rituel des ablutions. En voici les grandes lignes.

Après avoir fait une offrande au temple principal, on descend les marches du bassin et on se présente devant la première fontaine.

On se recueille et on fait une prière par laquelle il est demandé aux divinités de bien vouloir nous « laver » de nos fautes.

Puis, on plonge la tête sous le jet de la fontaine. L’eau sacrée purifie alors notre âme, nous « nettoie » des pensées impures et chasse les démons internes qui nous tourmentent au quotidien.

On s’asperge ensuite de l’eau magique avant de la porter à nos lèvres pour en siroter de petites gorgées ou, pour certains, en ingurgiter de grandes lampées! L’eau nous purifie l’intérieur et lave nos bouches des mauvaises paroles.

 

On prie à nouveau pour remercier les dieux d’avoir daigner nous accorder cette purification avant de se diriger vers la prochaine fontaine pour une nouvelle ablution.

 

Le rituel est reproduit à chaque fontaine à l’exception des deux dernières qui ne servent qu’en cas de décès dans la famille. Plusieurs dévots vont aussi apporter des offrandes qu’ils vont déposer devant chacune des treize fontaines.

 

Les balinais qui croient en cette tradition essaient d’aller à Tirta Empul au moins une fois l’an. L’eau magique aurait également des pouvoirs de guérison et il n’est pas rare de voir les pèlerins emplirent des bouteilles pour les ramener avec eux.

 

 

Comme y a beaucoup de monde qui passe, ça fait pas mal d’offrandes à la fin de la journée….

 

Quelques parents, bien que soucieux de « laver » spirituellement leurs rejetons, semblent en profiter pour leur donner un petit bain au passage…Sans pousser l’audace jusqu’à user de savon, on en voit plusieurs frotter énergiquement les cheveux de leurs enfants…je doute qu’ils cherchent ainsi à combattre le démon du cuir chevelu!

 

L’endroit est ouvert à tous. Les balinais étant un peuple très accueillant, on savait que notre présence était la bienvenue.

Ayant, peut-être, quelques démons intérieurs…et ayant, parfois…je dirais même, très rarement, des pensées impures…oh, si légèrement impures… et si rarement…je me suis dit que l’occasion était trop belle!  Je n’ai pas pu résister à l’envie de tenter l’expérience. Après tout, on n’a pas souvent l’occasion de faire trempette dans de l’eau sacrée. Et puis, il faisait chaud! L’eau, particulièrement claire, rendait la baignade sacrée beaucoup plus invitante que lors de mon séjour en Inde, devant le Gange et ses cadavres flottants! Mais ça, c’est une autre histoire…

Afin de respecter leurs traditions, je devais me vêtir d’un sarong. Nul ne peut entrer dans les bassins sans lui. (Le sarong est un vêtement simple constitué d’un tissu rectangulaire que l’on porte autour de la taille. Il est utilisé tant par les femmes, les hommes et les enfants.  Courant en Asie du sud-est, il peut être porté tant au quotidien qu’au cours de cérémonies.)

Je n’avais pas sous la main… Comment avais-je pu sortir sans mon sarong? Heureusement, j’avais noté, à l’entrée, un comptoir de « location de sarong ». J’y fis donc un saut. Puis, j’ai habilement noué le vêtement autour de ma taille: et voilà, j’étais prêt!

Je suis présenté au bassin avec style: que voulez-vous, le sarong me sied à merveille!

Ayant bien observé le rituel, c’est plein de confiance que je me suis avancé dans l’eau en direction de la première fontaine. Les balinais qui se faisaient sécher autour du bassin me regardaient d’un air amusé. Heureusement, certains me lançaient des sourires encourageants.

Je me suis lancé et j’ai pratiquer le rituel des ablutions devant chacune des fontaines.

J’ai même fait les deux dernières…ne sachant pas à ce moment qu’elles étaient réservées aux âmes en deuil. Personne n’a rechigné. L’apprenant plus tard, je me suis dit qu’après tout,  personne ne pouvait savoir si je vivais ou non un deuil à ce moment! Bon. Étant un être réaliste, je savais bien, au fond de moi, que les balinais n’étaient pas dupes et qu’ils mettaient certainement  mon comportement sur le compte d’une ignorance manifeste!

Pour tout vous dire, j’ai adoré cette expérience! Pratiquer les ablutions et le recueillement devant chacune des fontaines fût une expérience unique et je suis reconnaissant d’avoir pu participer à ce rituel. Difficile d’être plus en contact avec la culture locale!

Après ma purification, nous sommes allés marcher derrière les fontaines et le temple principal. On y trouve un autre bassin, clôturé d’un muret, au centre duquel se trouve la fameuse source sacrée.

Son originalité réside dans le fait que la source nait littéralement dans l’eau, au fond du bassin. Des remous se forment en surface et on aperçoit le sable du fond qui se meut dans le courant ainsi généré. Phénomène assez particulier je dois dire.

Cette source est réputée éternelle (en tout cas, elle y coule au moins depuis le Xe siècle!). Perçue comme une véritable fontaine de jouvence, la légende veut que s’y baigner offre la jeunesse éternelle, rien de moins!

Néanmoins, le bassin n’est pas accessible. La source est traitée avec le plus grand des respects et personne ne souhaite entacher sa pureté. Les eaux magiques qui s’en écoulent sont redirigées vers les fontaines du temple et les balinais sont heureux de profiter de ses bienfaits de cette manière.

Une journée fabuleuse, une visite spirituelle et une expérience unique. Si vous passez par Bali, Tirta Empul est à ne pas manquer. Que l’on s’y baigne ou non, c’est un temple magnifique à découvrir pour la beauté des bassins et de ses fontaines.

C’est aussi un moment formidable pour se mêler aux balinais et les voir pratiquer leurs rituels et leurs ablutions religieuses.

Miguel

 

Note en bas de page:

La légende de Tirta Empul.

La légende vient d’un combat entre le Mayadanawa, puissant roi magicien dans la tradition hindoue, et Indra, le dieu de la guerre.

Mayadanawa avait reçu le don de se transformer à volonté en ce qu’il désirait. Son pouvoir lui monta à la tête et il se mit à l’utiliser pour pratiquer la magie noire. Il devint un méchant roi qui terrorisait ses sujets.

Le dieu Indra décida de faire cesser cette pratique et de s’attaquer à Mayadanawa et ses démons. Ce dernier eut vent qu’Indra et son armée dormaient près de son royaume et voulait l’attaquer à l’aube.

Il profita de la nuit pour créer un bassin d’eau empoisonnée dans lequel les soldat d’Indra iraient boire à leur lever. Pour réaliser son plan, Mayadanawa s’approcha du campement en marchant sur l’arrête des pieds afin de ne pas laisser de traces au sol. Le nom de Tirta Empul veut dire : palmier incliné-recourbé…en référence à la position des pieds du méchant roi.

Au matin, le dieu Indra se réveilla et trouva ses soldats morts autour du bassin empoisonné. Il fît alors jaillir une source du sol; la fontaine d’immortalité. Son eau sacrée permit à ses soldats de se purifier des démons de la mort et de vaincre l’armée de Mayadanawa.

La source de Tirta Empul est ainsi née et son eau y est toujours vénérée.

Catégories :Indonésie

5 comments

  1. Moi j’ai encore un doute sur le frottage intensif du cuir chevelu des enfants… Si on s’en met dans la bouche pour les ´´mauvaises langues’´ pourquoi pas pour les mauvaises idées. Et si ça replaçait le TDAH?! On s’en vient! Bon ok c’était put-être pour faire une pierre deux coups!!! Merci encore pour ce partage!

    Aimé par 1 personne

  2. Tu écris vraiment très bien Miguel, c’est toujours un réel plaisir de te lire et de découvrir le côté moins touristiques de certaines contrées éloignées. J’ai toujours hâte de connaître le prochain sujet abordé ou le lieu suivant qui sera visité. Bon voyage à ta copine et à toi, je n’ai certainement pas besoin de vous dire d’en profiter!

    Aimé par 1 personne

    • Wow, c’est ben gentil ça! Merci Rox, certains sujets inspirent ma plume plus que d’autres.

      La mission de notre blogue est de vous faire rêver; alors si on y arrive un peu avec nos textes et nos photos, on est ben content.

      Le prochain sujet est déjà en chantier mais m’a demandé plus de temps que prévu…re-suspense!

      Et t’as raison, on en profites!

      Take care!

      J’aime

  3. Bonjour à vous deux
    Quelle belle aventure! C’est extraordinaire tout ce que vous vivez.
    Bravo.
    Nous vous souhaitons de « JOYEUSES FÊTES  » différentes mais probablement
    très intéressantes pour vous deux.

    Susan et Charles ☃

    Envoyé de mon iPad

    >

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :